Le collectif le temps des lilas est né de l’envie de combattre la résignation qui ronge trop souvent notre camp. Le temps des lilas s’est donc construit autour de la lutte contre le TINA pour essayer, à notre mesure, de démontrer qu’il n’y a pas de fatalité à ce monde capitaliste et productiviste. Notre initiative vise donc d’abord à réfléchir à d’autres solutions : c’est ce que nous faisons dans nos causeries. C’est aussi ce que nous faisons avec les différents outils que nous avons lancés notamment argumentaires et ressourcerie.
Mais nous portions aussi d’autres propositions à notre lancement et notamment une réflexion sur l’état de notre gauche et sur la nécessité pour l’autre gauche d’aller (à terme) vers une autre proposition d’organisation. Ça ne veut pas dire que nous appelons à créer tout de suite un nouvel outil ni que nous serons le lieu à partir duquel il va se reconstruire mais que nous proposons de réfléchir à cette question et de participer à cette reconstruction.

La question des moyens d’organisation reste essentielle

Nous sommes en effet aussi nés d’un constat : nous trouvions que notre camp, celui qu’on appelle parfois la « gauche de la gauche » ou tout simplement « notre gauche » n’était pas à la hauteur de la situation. Rongées par l’électoralisme, incapables d’affronter le défi de la démocratie interne, les organisations actuelles sont à bout de souffle. Mais nous savons aussi qu’il n’est pas possible de laisser de côté la question de l’organisation. Pour nous, la question des outils politiques d’organisation sera essentielle, une fois passée la séquence électorale de l’année 2017.  Si reconstruction de notre camp il y a, autant que rien ne reparte comme avant et si nouvel outil il doit y avoir à terme, autant qu’ils répondent à nos aspirations et corrigent les dysfonctionnements des organisations actuelles. Et nous voulons donc contribuer – à notre mesure – au débat sur sa reconstruction.

La fabrique des lilas, un espace de réflexion et d’élaboration

C’est la raison pour laquelle nous avons initié un cadre de réflexion déconnecté du temps électoral. La «  Fabrique des lilas » est un espace de discussion mensuel ouvert à tous ceux qui se retrouvent dans nos diagnostics et souhaitent réfléchir à la situation politique, l’avenir de notre camp et de ses formes d’organisation. Dans la « fabrique des lilas », nous proposons donc, séance après séance, de réfléchir à l’organisation idéale. Un peu comme nous le faisons dans les causeries en essayant d’imaginer le monde qui vient, le monde d’après (où la dette est annulée, l’économie relocalisée…).

Les premiers échanges en octobre ont permis d’identifier plusieurs questions à approfondir ensemble. L’idée est non seulement de partir des constats des dysfonctionnements des organisations actuelles mais surtout de proposer une analyse précise d’expériences qui pourraient nourrir nos propositions ou de problématiques pas assez précisément prises en charge par les organisations actuelles. L’ensemble des thématiques que nous avons définies collectivement tentent de répondre aux questions classiques qui traversent notre camp : qu’est-ce qui fait que la gauche actuelle va mal, n’arrive pas à porter un projet alternatif crédible, n’arrive pas à porter les aspirations à autre chose qui parcourent pourtant la société. A partir de là, à nous de transformer ces constats en propositions : comment faire pour que ce soit différent ?

Le programme de la fabrique des lilas

Le format de nos réunions « la fabrique »

Ces réunions seront donc organisées mensuellement autour d’un thème, de façon à avancer précisément sur une question et de proposer des pistes de réponses. Chaque réunion sera préparée en amont avec l’envoi d’un ou de plusieurs textes pour éclairer nos  échanges, ne pas repartir de zéro et utiliser les réflexions existantes, notamment au sein de la pensée critique. Idéalement, nous souhaitons inviter à venir débattre avec nous, à chaque discussion, des praticiens et activistes qui pourront nous proposer un éclairage différent sur les thèmes abordés. L’objectif de chaque réunion sera d’avoir progressé sur la question et donnera lieu à une formalisation de nos échanges – voire à des propositions concrètes.

 

 

Suggestions de lecture

Share This