liberes_delivres2

Les grands médias jouent un rôle essentiel dans la production du consentement à l’ordre social et sont aujourd’hui un des meilleurs relais du «TINA». Avec des moyens considérables, ils mettent en forme, hiérarchisent les informations, font et défont l’événement tant par ce qu’il disent, que ce qu’il choisissent de ne pas dire.

La double dépendance des médias aux puissances économiques et au monde politique a été largement décrite et analysée. Elle n’est pas inéluctable : elle est le produit de choix politiques et économiques qui consacrent un certain mode d’organisation du secteur médiatique et favorisent non seulement la dépendance aux ressources publicitaires mais également la concentration de la propriété privée des grands médias… L’affaire Morandini et la grève à ITélé ou l’affaire Lancelin en ont été récemment des illustrations criantes.

Il existe pourtant des solutions pour sortir de ce modèle.  D’autres médias existent déjà, même s’ils ne représentent pas, en terme d’audience, une alternative aux médias dominants. Il nous faut réfléchir, élaborer des mesures concrètes pour transformer le secteur des médias, garantir leur pluralité et leur indépendance. Cette réflexion est d’autant plus nécessaire que les médias peuvent agir comme de véritables forces politiques, jusqu’à tenter de déstabiliser un gouvernement ou un régime qui remettrait en cause les intérêts des groupes privés auxquels ils appartiennent. C’est une réflexion sur des mesures concrètes permettant de garantir l’indépendance des médias que nous souhaitons élaborer.

Dans cette réunion, nous vous proposerons donc un voyage dans le temps, sous forme de récit d’anticipation, comme si le temps de lilas était déjà advenu et que nous pouvions raconter comment nous avons inventé des médias réellement libres et indépendants.

Pour construire avec nous cette chronique, Julien Salingue, membre d’Acrimed, observatoire critique des médias, sera notre invité. Cette seconde « Causerie » aura lieu le mardi 6 décembre à 19h30 au Maltais rouge, 40 rue de Malte à Paris, 11e.

Au plaisir de vous y retrouver !

Suggestions de lecture

Share This