Causeries


Les Causeries des Lilas sont des évènements publics que nous allons organiser tout au long de l’année. En réunissant des invités autour de formats nouveaux, nous essaierons d’aller plus loin et de poser la question de la mise en œuvre concrète de politiques radicalement différentes.


Retour sur  la causerie #5 : « comment on a changé de modèle agricole »

Retour sur la causerie #5 : « comment on a changé de modèle agricole »

Aurélie Trouvé, ingénieure agronome, auteure de « le business est dans le pré » nous a fait le plaisir d’accepter de porter avec nous cette cinquième causerie « le bonheur est dans le pré – comment nous avons changé de modèle agricole ». Nous lui avions soumis nos questionnements sur l’agriculture (Voir notamment la présentation des constats faite par Fabien Marcot en introduction). Elle s’est donc pliée à l’exercice du récit d’anticipation a choisi de nous dresser d’abord le portrait d’une agriculture idéale avant de lister les voies et moyens pour y arriver.

Retour sur la causerie #4 : comment nous avons démocratisé le travail – avec Benoît Borrits

Retour sur la causerie #4 : comment nous avons démocratisé le travail – avec Benoît Borrits

Benoît Borrits de l’association Autogestion et auteur de Coopératives contre capitalisme nous a fait le plaisir d’accepter de se prêter pleinement au jeu de notre récit d’anticipation autour de la question du travail. C’est donc en 2030 qu’il nous transporte pour imaginer comment un gouvernement vraiment de gauche, arrivé au pouvoir en 2022, aura mis progressivement en place une démocratisation totale des entreprises – en ayant accepté de tâtonner et de laisser le peuple trancher quelle voie était la plus appropriée !

Quelques rappels sur le travail

Quelques rappels sur le travail

Il semble très significatif que cette question du travail et du pouvoir aux travailleurs n’apparaisse finalement pas comme une question de premier plan pour les organisations « progressistes » / « de gauche » alors que les revendications d’appropriation sociale des moyens de production ont été jusque dans les années 1990 l’ADN de la gauche.

Demain, entre nos mains ? – Notre dossier sur la démocratie au travail

Demain, entre nos mains ? – Notre dossier sur la démocratie au travail

Pour notre quatrième « causerie des lilas », Benoît Borrits nous a entraîné dans un palpitant récit d’anticipation dans les arcanes de la vie des coopératives d’hier et des entreprises démocratiques de demain. Retrouvez notre compte-rendu et les vidéos de la soirée…

Pour revivre la causerie :
– Le compte-rendu détaillé à lire et méditer
– L’introduction de la causerie : quelques rappels sur le travail
– Les 4 vidéos de la causerie sont aussi disponibles sur notre chaîne YouTube

Le bonheur est dans le pré – Causerie #5 avec Aurélie Trouvé le 16 mars à 19h30

Le bonheur est dans le pré – Causerie #5 avec Aurélie Trouvé le 16 mars à 19h30

Les Trente Glorieuses ont vu s’imposer une agriculture productiviste, marquée par la concentration des exploitations, la mécanisation et l’usage intensifs de produits chimiques. Ce modèle a longtemps été pensé comme le graal pour les agriculteurs comme les consommateurs, il devait garantir aux uns une activité moins physique et des revenus plus élevés, aux autres l’accès à des produits de consommation en quantité et à bas prix.

Welcome – Notre dossier sur l’accueil des migrants

Welcome – Notre dossier sur l’accueil des migrants

C’était le thème de notre troisième « causerie des lilas » qui s’est tenue le 16 janvier 2017 avec Damien Carême, maire de Grande-Synthe. Retrouvez dans ce dossier : les vidéos de la causerie, le compte-rendu détaillé de l’intervention de Damien Carême et les échanges avec la salle mais aussi tous nos argumentaires sur l’immigration…

Quelques rappels sur la « crise des migrants »

Quelques rappels sur la « crise des migrants »

La « crise des migrants » est l’occasion des pires discours racistes : « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Tous ces discours sont très loin de reposer sur la réalité du phénomène migratoire que connaît l’Europe ou la France. Quelques rappels introductifs par Alexis Vilanova de #TeamLilas.

Quelques rappels sur les médias

Quelques rappels sur les médias

Les rappels ci-dessous ne se veulent pas exhaustifs, mais en introduction à la causerie des lilas sur la libération des médias, ils avaient pour objet de retracer les grandes lignes de la situation actuelle des médias pour que nous puissions nous consacrer ensuite à la transformation du monde médiatique.

Quelques rappels sur la dette

Quelques rappels sur la dette

Quand on parle dans le débat public de la dette publique, c’est généralement pour évoquer son niveau particulièrement élevé : 2 100 milliards d’euros soit presque 100% du PIB (pour être exacts : 2170,6 milliards soit 98,4% du PIB !). Les médias répètent donc en boucle « Mais qu’est-ce qu’on fait ? On la laisse filer ? ». Parce qu’évidemment dans le discours médiatique, cette dette est forcément liée à un trop plein de dépenses publiques « L’État vit au-dessus de ses moyens ! », « L’État vit à crédit ». Ils préconisent au contraire de gérer l’État « comme un bon père de famille » parce qu’avec un tel niveau de dette « ce sont nos enfants qui vont payer », « on hypothèque les générations futures »…

Les causeries des lilas : « Autant en emporte la dette »

Les causeries des lilas : « Autant en emporte la dette »

L’augmentation de la dette publique depuis les années 1970 a été instrumentalisée par différents gouvernements nationaux, par le FMI et par les institutions européennes pour imposer l’idée que les Etats vivraient au-dessus de leurs moyens. Ce « management » de la dette a rendu possible le déploiement d’un agenda libéral avec la mise en œuvre de politiques d’austérité et la promotion de réformes structurelles remettant en cause les protections sociales et le développement des services publics. Pourtant le caractère illégitime de cette dette ne fait aucun doute : elle est le résultat de choix politiques, notamment de baisser les recettes des États et d’obliger les États à emprunter auprès des banques privées aux taux du marché. Il existe bien des solutions pour sortir de cette impasse, comme l’ont montré de nombreuses expériences, ici ou ailleurs.