Alternatives


Parce que de nombreuses solutions existent déjà. Parce que de nombreuses alternatives ont déjà commencé à voir le jour. Parce qu’on ne s’oppose pas seulement par le discours mais aussi dans des gestes concrets, en changeant les pratiques. Dans la rubrique « les alternatives en marche » vous trouverez des galeries de portraits et des articles pour promouvoir ces autres façons de faire, qu’il s’agisse de pratiques quotidiennes, d’expériences radicales, d’actions associatives…


Bienvenue à la Quincaille Rit

Face à la désertification de certains territoires, des alternatives s’organisent. Grâce à Laurine Estrade et Jean-Baptiste Bonnet, qui nous ont très gentiment proposé leur travail, nous vous proposons un court documentaire audio sur l’une de ces formes d’organisation alternative qui (re)trouve son chemin : la Quincaille Rit.

Comment “Supervivienda” est devenue maire de Barcelone

Mai 2007 : l’héroïne Supervivienda (littéralement « superlogement ») s’invite par surprise dans la campagne des élections municipales à Barcelone. Habillée d’une cape portant le numéro 47 (l’article de la constitution espagnole qui établit l’accès au logement comme droit inaliénable), Supervivienda interrompt le discours de la candidate d’ICV (parti de la gauche écologiste catalane). L’héroïne l’accuse notamment de ne pas prendre au sérieux le problème de l’accès au logement, et de ne pas porter de propositions alternatives à celles déjà en place, qui soumettent entièrement le logement au marché. Le collectif « V de Vivienda », à l’origine de l’action, fait de même pour les autres candidats à la mairie. À l’intérieur du costume de Supervivienda : Ada Colau. Huit ans plus tard, en 2015, elle devient maire de Barcelone.

Fuori Mercato ! Dehors le marché ! Récit depuis l’Italie

Le réseau italien « Hors Marché !» ou « Dehors le marché ! » est un circuit de production et de distribution implanté aux 4 coins de l’Italie, dans des campagnes comme dans beaucoup de grandes villes (Milan, Rome, Turin, Bologne, Naples, Salerme, Palerme…) grâce à des liens tissés entre des collectifs milants et l’implication de centres sociaux. Il rassemble aussi bien une usine démantelée et réappropriée par les salariés en Lombardie (RiMaflow), qu’une terre occupée en Toscane (Genuino Clandestino), ou encore de petits producteurs et collectifs de migrants en Calabre (SOS Rosarno), des projets de mutuelles et de coopératives entre étudiants, paysans et personnes migrantes dans les Pouilles.

« Occuper, résister, produire » : rencontre avec Vio.Me (Grèce)

Les travailleurs de Vio.Me., une usine de matériaux de construction,usine-viome initialement spécialisée dans le secteur métallurgique et située en Grèce, à Thessalonique, ne sont pas payés depuis mai 2011, et le propriétaire décide finalement d’abandonner l’usine. Par décision de l’assemblée générale des travailleurs, ils décident d’occuper leur établissement de travail et de faire fonctionner l’usine sous le contrôle des travailleurs en démocratie directe.